Médiathèque

Le volontariat solidaire à l’international. Une expérience formative à l’épreuve des parcours professionnels

Type : Thèse
Auteur : Céline Leroux

En octobre 2010, France Volontaires, l’Université Paris-Descartes et l’Association nationale de la recherche et de la technologie (ANRT) ont signé une convention tripartite, d’une durée de trois ans, pour la réalisation d’une thèse, en sciences de l’éducation, sur les parcours professionnels après un volontariat solidaire à l’international.

Ce travail de recherche, dirigé par le Professeur des Universités Roger Sue au sein du CERLIS (UMR8070), et réalisé par Céline Leroux, en charge de l’Observatoire des engagements volontaires, a été soutenu publiquement à la Sorbonne, le 13 novembre 2014.

 

Le résumé de la thèse

"Alors que le paradigme de la société de la connaissance tend à investir de plus en plus les champs politiques, économiques et sociaux, appréhender le phénomène du volontariat solidaire international sous ce prisme permet de mettre en avant les relations entre employabilité, citoyenneté et identité cognitive.

En effet, le volontariat s’inscrit dans une tension entre une vision utilitariste à travers l’acquisition de compétences, une vision collective à travers sa contribution à l’intérêt général, et une conception individuelle liée à la construction identitaire.

Etudier le volontariat solidaire à l’international sous l’angle de sa dimension formative et de ses potentielles répercussions dans la suite des parcours professionnels de jeunes adultes participe donc, à notre sens, d’une réflexion plus globale sur les fins et les moyens des apprentissages dans notre société.

C’est à partir des parcours professionnels d’anciens volontaires que nous nous sommes intéressées aux répercussions de ce type d’expériences : qu’apprend-on au cours d’expériences de volontariat solidaire à l’international ? Comment ces apprentissages influent-ils dans la suite des parcours professionnels ? Dans quelle mesure les expériences de volontariat jouent-elles un rôle dans le rapport au travail de celles et ceux qui les vivent ?"

 

Les enjeux des apprentissages bénévoles et volontaires

La société de la connaissance fait du savoir et des différentes formes de savoirs un enjeu socio-économique et politique, qui interpelle le secteur associatif. Ainsi, le mouvement de l’éducation populaire a joué un rôle majeur dans l’accès à l’éducation, à la culture et aux loisirs. Aujourd’hui, le secteur associatif est un lieu de production de savoirs et d’expertise, qui participent aux débats des défis sociétaux actuels. Et si la recherche s’intéresse peu aux apprentissages bénévoles et volontaires, les institutions se soucient de plus en plus de codifier ces savoirs. Les associations participent d’ailleurs de ce mouvement en développant des outils permettant d’identifier et de reconnaître les apprentissages bénévoles et volontaires. Elles se retrouvent donc au cœur des enjeux sociaux, économiques et politiques liés à la société de la connaissance.

 

Le profil du volontaire, le processus et les types d’apprentissage

Les jeunes adultes sont principalement diplômés de l’enseignement supérieur, dotés de ressources culturelles leur permettant de se mouvoir dans différents espaces géographiques, et d’être actifs et engagés dans la vie de la cité.

Si les processus de sélection et de formation des associations auprès des candidats au volontariat participent d’ores et déjà à construire le sens de l’expérience de volontariat, durant la mission, le contexte et le positionnement des volontaires influent fortement sur les processus et les types d’apprentissages.

Trois formes d’apprentissages ont pu été mis en avant :

  • un apprentissage instrumental dont l’agir implique des stratégies fondées sur des savoirs empiriques,
  • un apprentissage communicationnel qui vise à améliorer la communication (être compris et comprendre autrui),
  • un apprentissage émancipatoire qui participe à la transformation du sens de l’expérience. 

A partir de l’identification de dimensions communes au contexte d’une mission de volontariat et des processus d’apprentissage, des pouvoirs d’être et de faire développés par cette expérience ont été identifiés.

 

La trajectoire professionnelle et le rapport au travail, après un volontariat

Pour appréhender ces parcours professionnels, deux marchés de l’emploi spécifiques ont été étudiés, les champs du travail social et de la solidarité internationale.

En premier lieu, la fin d’un volontariat international se caractérise par une période de retour et de réadaptation à la société française. Cette période correspond également à un carrefour où plusieurs issues sont possibles, elle peut alors être propice aux bifurcations professionnelles, le volontariat constituant l’évènement marquant, qui influence les orientations professionnelles envisagées. Pour ces jeunes adultes, l’expérience de volontariat s’avère transformatrice et ce, dans toutes les sphères de leur vie. Néanmoins, si le volontariat peut permettre une ouverture des possibles professionnels, lorsque les jeunes adultes sont en concurrence sur le marché de l’emploi, des ajustements s’avèrent nécessaires. Enfin, toutes les expériences de volontariat ne sont pas capacitantes dans les parcours professionnels.

L’expérience de volontariat influe sur le rapport au travail des jeunes adultes. En effet, en tant qu’expérience de socialisation professionnelle, elle oriente les parcours mais les aspirations créées ou renforcées par cette expérience se trouvent également confrontées au marché du travail. Les processus d’auto-formation en œuvre sont particulièrement visibles à partir des transferts d’apprentissages opérés par les individus circulant dans différents champs du travail social, circulation favorisée par la prégnance de la nouvelle gestion des politiques publiques dans les champs du travail social. Les mobilités professionnelles peuvent aussi correspondre à des attentes personnelles et professionnelles différentes en fonction des parcours.

L’étude des parcours professionnels d’anciens volontaires solidaires à l’international nourrie donc les réflexions sur l’articulation entre apprentissages expérientiels et parcours.

Ces parcours sont caractéristiques de l’époque contemporaine : mobiles à la fois géographiquement et professionnellement, et marqués par une multiplicité d’expériences qui orientent et façonnent les individus. A partir de ces parcours, il est possible d’identifier à la fois les aspects transformateurs de cette expérience mais aussi les facteurs personnels et externes empêchant les jeunes adultes d’accéder à ce qu’ils souhaitent.

Langue : Français
Pays : France
Editeur/Organisme producteur : Université Paris Descartes
Date du volume : 02/2015
Pages : 533 pages
Langue : Français
Mots clés thématiques : volontariat, solidarité internationale, formation

Le volontariat solidaire à l’international. Une expérience formative à l’épreuve des parcours professionnels Le volontariat solidaire à l’international. Une expérience formative à l’épreuve des parcours professionnels - Résumé